Je partage:

 

La veste traditionnelle javanaise Surjan est réalisée à partir d’un tissu tissé à la main le Lurik, dont les rayures sont relevées par les teintures naturels d’indigo et d’écorce d”acajou de Java. Ce n’est pas le costume rayé de nos bagnards, ne confondais pas le Keraton de Yogyakarta avec une de nos prisons, et pourtant se sont les gardiens du palais du Sultan qui perpétue cette tradition vestimentaire.

 

 

Avec le Batik, le Lurik est le tissu national indonésien. Son nom provient de la racine rik qui signifie lignes ou tranchées, en effet il constitue une véritable  barrière de protection pour celui qui le porte.On le trouve sur les 3 villes de java centre que sont Solo, Yogja et Tuban.

 

Son existence dans sa forme actuelle remonterait au Royaume Mataram au 9ème siècle. Très résistant, on a pu retrouver la trace d’écharpes apposées sur des statues du 16ème siècle. Mais des découvertes récentes attestent que le Lurik existait il y a 3000 ans et à cette époque il était réalisé à partir d’écorce d’arbre. 

 

lurik-java

 

C’est un artisanat qui est en déclin, bien que certains designers de Djakarta tentent de lui redonner un côté tendance. Les unités familiales de fabrication ferment les unes après les autres, mettant en danger le transfert de précieuses connaissances traditionnelles des aînés aux plus jeunes.

 

 

Pourtant, la vente de Lurik fabriqués à la main offre des moyens de subsistance à des centaines d’artisans qualifiés qui créent fièrement des produits uniques et de haute qualité .

Mes Indes Galantes aime particulièrement ce tissu rustique et ethnique qui est le symbole de l’identité javanaise.

lurik-java

Des rayures ou des carreaux de couleur sombre coupés de fils multicolores intercalés servent de motifs de base.

lurik

 

Avant le tissage, les fils de coton sont lavés plusieurs fois, puis légèrement pilé pour obtenir de la souplesse. On utilise comme teinture de l’Indigo pour le bleu ainsi que de l’écorce d’acajou pour la couleur brune. 

 

lurik-tissus-indonesie

 

Il est lavé plusieurs fois, séché, puis recouvert de riz avec une brosse en fibres de noix de coco pour lui donner sa raideur. 

 

Les métiers à tisser, Bendho en javanais sont réalisés en bois et en bambou et ils sont utilisés dans une position debout. L’existence de ce tissage strié apparaît  dans l’un des reliefs du temple Borobudur représentant des javanais utilisant le Bendho.

lurik-yogjakarta

On a d’abord utilisé ce tissu  comme un long foulard dont les femmes s’entouraient le torse. Mais, depuis les temps anciens et jusqu’à nos jours, il est aussi porté au palais par les courtisans et les soldats.

lurik

 

Dans la tradition javanaise, le Lurik n’est pas qu’un simple tissu, c’est aussi une protection contre les mauvais sorts, les personnes négatives, les accidents de la vie, à croire que ces rayures constituent des barrières contre les maux des humains.

Ces motifs étaient autrefois strictement codifiés, pas seulement en fonction du statut social, mais aussi dans le cadre de rituels et de cérémonies.

 

 

lurik-mes-indes-galantes

© 2021 Mes Indes Galantes Blog