Mudra, le langage des signes

Je partage:

 

Sur les sculptures et les peintures représentant le Bouddha, les mains expriment toujours les grands moments de la vie du Bienheureux ainsi que les actions qu’il a accompli durant sa vie de moine. Les différentes façons de disposer ses mains, ses gestes, ont été codifiés en mudra, ces aspects suggérant que la prière peut bâtir des liens avec l’au-delà spirituel, par le biais de positions basées sur le mouvement des doigts. Ce sont aussi des signes de protection contre les mauvaises pensées. On retrouve aussi les mudra dans le yoga (yoga-mudra). Venez découvrir les Bouddha mudra et leur signification !

 

Mudra Geste des mains Protection Coeur Yoga mudra Mes Indes Galantes

Aéroport de Delhi – On est accueilli avec les mudras qui sont l’essence même de l’Inde 

« Mudra » signifie « signe » en sanskrit, ce qui fait que ce n’est pas une simple gestuelle et que dés lors il est nécessaire de décoder ces gestes pour enfin comprendre le message qu’on veut nous faire passer.

Le Mudra adopte une forme stylisée du corps, particulièrement de la main du Bouddha qui témoigne que la volonté intérieure du Sage s’exprime par un « acte » silencieux plus puissant encore que la parole…

Le Mudra révèle le secret caché de la signification des cinq doigts de la main.  Chacun des doigts en commençant par le pouce est identifié avec l’un des cinq éléments : le ciel, le vent, le feu, l’eau et la terre.

Le contact de deux doigts symbolise la synthèse des deux éléments témoignant que toute forme de l’univers terrestre est composée d’une combinaison unique de ces éléments. 

Le Mudra illustre et souligne la signification d’un rituel, et procure une puissance accrue  à l’image sculpturale. Dans sa forme la plus élevée, c’est un art magique des gestes symboliques par lesquels les forces invisibles agissent sur la sphère terrestre. Ces postures rituelles de la main ont probablement influencé le développement des Mudra de la danse classique indienne. Ils sont également  présents dans les exercices spirituels de méditation et de concentration des moines qui les utilisent pour générer des forces nécessaires à l’invocation des divinités. Ils sont aussi présents dans le yoga.

Les Mudra caractérisent également les différents bouddhas célestes ou Jina, encore appelés les cinq bouddhas de sagesses (Dhyani bouddhas ou bouddhas de méditation).

 

cinq Dhyani Bouddha Mudra Geste des mains Protection Coeur Yoga mudra Mes Indes Galantes

Mudra mains Jina

 

Par exemple le Jina du centre du nom de Vairocana effectue la Dharmacakra mudra. Les Mudras sont parfois  le seul moyen de reconnaître en sculpture à quel Jina nous avons affaire. Ils sont apparus dès l’ère chrétienne, lorsque l’art bouddhique est passé d’une représentation aniconique ( Interdiction religieuse de la représentation de l’image des dieux) à une représentation iconique dans le Nord de l’Inde sous les influences grecque et iranienne ( Ere du Gandhara ).

Selon les pays et les cultures, on trouve de très nombreuses représentations de Bouddha avec des mudra qui diffèrent parfois selon les pays. Cependant, on peut considérer qu’il existe huit Mudra essentiels :

 

1. Bhumisparsa Mudra « Geste de la prise de la terre à témoin ».

Pas toujours facile lors d’un voyage de comprendre les gestes qu’effectuent les statues !

 

Cette position hiératique (attitude ou  gestes conformes à un rite ancien)   est très fréquemment représentée en Asie du Sud Est. Elle fait référence à la dernière tentation du Bouddha…Alors que Gautama demeurait assis sous l’arbre de la Bodhi dans le but d’atteindre l’illumination, Māra, le malin, le tentateur, envoya ses trois filles (le Désir, le Plaisir et la Passion) pour le séduire avec des danses lascives .

Bouddha appela alors en aide la déesse Bhumi (personnification divine de la Terre) qui fit trembler la terre et fuir les tentatrices. Sous l’arbre Pipal de Bodh Gaya, Bouddha, en dirigeant ses doigts vers la terre, la prend  à témoin de son illumination et de son engagement.

C’est le geste de l’illumination qui symbolise l’union de la méthode spirituelle et de la Sagesse. En effet, la main droite, paume en dedans, touche la terre pour la prendre à témoin.  La main gauche repose sur les jambes, paume tournée vers le ciel dans un geste de méditation.  

 

2. Varada Mudra « Geste du don ou de la Charité ».

mudra-de-protection

 

Cette Mudra symbolise l’offrande, le don, l’accueil, la charité, la compassion, la sincérité. C’est la Mudra de l’accomplissement du vœu de se consacrer au salut des humains.  Cette Mudra est presque toujours réalisée avec la main gauche ouverte vers le ciel mais aussi avec le bras droit pendant naturellement le long du corps, la paume de la main ouverte vers l’avant. Les cinq doigts tendus symbolisent la générosité, la moralité, la patience, l’effort, la concentration méditative. 

 

3. Abhaya Mudra « Apaisement des querelles ».

bouddha-mudra

 

Abhaya signifie en sanskrit « absence de peur, paix, sécurité » Bouddha, par son attitude, exprime l’absence de crainte, l’apaisement, la protection, la bienveillance.  Cette Mudra évoque la tentative de meurtre du Bouddha par son cousin Devadatta qui envoya contre lui l’éléphant Nalagiri. L’Abhaya Mudra qui calme l’animal montre l’absence de peur mais aussi l’apaisement des sens.  Chaque mission assumée et chaque geste accompli sur terre est capable d’imprimer son sceau sur l’Ether et d’envoyer un flux continu de vibrations qui impressionnent l’atmosphère. L’illusion de la jalousie peut se transformer en la sagesse d’accomplissement.

Cette Mudra symbolise la protection, la paix, la dissipation de la peur. Elle apparaît comme un geste naturel, signe de bonnes intentions. En Thaïlande et, en particulier, au Laos, cette Mudra est associée au mouvement du Bouddha marchant « Bouddha plaçant son empreinte ». La main droite est levée vers le ciel, la paume faisant face à l’extérieur, tandis que la main gauche pointe vers le sol.

Abhaya Mudra

Site archéologique bouddhique de Bagan 

 

4  Dhyana Mudra « Méditation et concentration sur la bonne Loi et de la réalisation de la perfection spirituelle ».

bouddha-de protection
mudra-yoga

Mudra des mains – Borobudur

 

C’est la Mudra de la méditation et de la concentration sur le Dharma, la Loi de la vie (dans l’Hindouisme, il est souvent nommé yoga-mudra). Il dérive de la Mudra que le Bouddha réalise lorsqu’il médite sous l’arbre pipal avant son illumination. Ce geste adopté par les yogis indique l’équilibre parfait de la pensée, le repos des sens et la tranquillité. Les mains sont superposées, posées sur les jambes croisées, la droite sur la gauche. Les paumes sont tournées vers le haut et les doigts allongés, dans une attitude de méditation. Les deux pouces se touchent à leurs extrémités pour former un triangle mystique symbole du feu spirituel qui consomme toutes les impuretés. Ce triangle représente également les trois joyaux du Boudhisme : le Bouddha lui-même, la bonne Loi et le Sangha (c’est-à-dire la communauté spirituelle que le Bouddha a mise en place en prêchant sa parole).

Par ailleurs un bol est souvent posé dans les mains du Bouddha de la Médecine (un Bouddha particulier) en position de Dhyana Mudra. Ce Bouddha est tout particulièrement dédié à la protection contre les maladies bénignes ou graves, aussi bien physiques que mentales. Le bol contient des onguents dont le Bouddha se sert pour guérir les maladies.

 

5 Dharma Chakra Mudra « Attitude de la mise en mouvement de la Roue de l’enseignement de la Loi du Dharma », la Loi de la vie, dans le parc aux gazelles de Sarnath.

 

Il rappelle l’un des moments les plus importants de la vie de Bouddha, lorsqu’il a prêché à ses compagnons pour la première fois après son illumination. Le pouce et l’index des deux mains se touchent à leurs extrémités pour former un cercle qui représente la roue du Dharma, ou, en termes métaphysiques, l’union de la méthode spirituelle et de la Sagesse. Les trois autres doigts des deux mains restent étendus.  Ceux de la main droite représentent les trois véhicules des enseignements du Bouddha : le doigt du milieu représente les « auditeurs » des enseignements, l’index représente les « réalisateurs » des enseignements, le petit doigt représente le Mahayana ou Grand Véhicule. Les trois doigts étendus de la main gauche symbolisent les trois joyaux du Bouddhisme. De manière significative, les mains sont tenues devant le cœur, signifiant que ces enseignements sont issus du cœur du Bouddha.

 

6 Vitarka Mudra « Attitude de l’argumentation et de l’enseignement ».

MUDRA Vitarka

Mudra, gestes des mains

 

MUDRA ENSEIGNEMENT

 

Dans cette Mudra, surtout utilisée dans les images des grands Bouddhas, Bouddha convainc l’auditeur et entraîne sa conversion. Le geste de discussion et de débat indique la communication et une explication du Dharma. Le pouce et l’index forment un cercle qui exprime un conseil. Les autres doigts sont tendus vers le haut. Parfois le majeur et le pouce se touchent ce qui indique une grande compassion. Le pouce et l’annulaire qui se touchent expriment la Mudra de la bonne fortune.

 

7 Mudra d’Amida « Amida accueille les fidèles dans la Terre Pure ».

Mudra mains – Amida – Mes Indes Galantes

 

Cette Mudra est une version nippone de la Dhyana Mudra, typique de l’art japonais du 12è siècle. La doctrine de la Terre pure liée au Vajrayana indique que le Jina Amitabha, aussi appelé Amida au Japon, attend les fidèles bouddhiques dans une sorte de paradis avant que ceux-ci, s’ils ont accompli des actions pieuses, ne soient réincarnés en Buddha ou en Bodhisattva ou qu’ils soient envoyés dans les cieux éthérés. Dans cette « Terre pure » règne la joie, des musiciens et des danseuses célestes sont là pour divertir les défunts qui attendent leur réincarnation prochaine. Cette doctrine a été particulièrement appréciée en Chine.

 

8 Anjali Mudra ou Namaste Mudra « le sceau de salutation ».

mudra Namaste signification

Mudra des mains – yoga – Mes Indes Galantes

 

Cette Mudra est surtout utilisée par les dévots ou les donateurs. Néanmoins le Bouddha ou les Bodhisattva l’emploient afin de saluer les dévots qui viennent leur faire des offrandes. Les deux mains sont soit jointes avec les doigts serrés fermement et portées au niveau de la poitrine, à hauteur du cœur pour montrer que vous ouvrez votre cœur à la personne en face et que vous êtes emplis d’humilité. Ou alors parfois les doigts sont légèrement repliés afin de laisser un espace entre les deux paumes. Ce geste sert à montrer à la fois son dévouement mais aussi son admiration envers celui qu’on salue. En Inde lorsque vous voulez saluer quelqu’un vous devez faire ce geste et vous baissez légèrement en disant « Namaste », vous montrez ainsi à la personne que vous lui offrez votre respect.

Il y a encore d’autres types de Mudra, notamment au Tibet.  Les gestes des mains  enseignent que chaque action est un symbole de notre état mental et physique et quelles sont les formes d’énergie libérées par notre être. Celles-ci déterminent notre personnalité, notre manière d’être et notre façon de nous exprimer. Les Mudras nous permettent de devenir plus conscients de nous-mêmes et de notre état afin de mieux nous contrôler. Nos pensées et actions éparses sont ainsi recentrées faisant de notre vie intérieure un flot d’énergie sain et stable, subtil mais puissant qui finit par se refléter sur la vie extérieure.

 

Voici quelques mudra moins connus : 

Le Karana Mudra “élimine les obstacles”

mudra Karana signification

 Mes Indes Galantes Paris

 

mudra fin des obstacles

Bouddha mudra – geste – mudra mains

 

Ce mudra est censé éliminer les obstacles et les démons de votre vie. Il est également très efficace pour traiter la dépression et la pensée négative. Afin de faire le Karana Mudra, il suffit de toucher la pointe du troisième doigt à la pointe du pouce et de maintenir les doigts restants vers le haut, il existe des variantes. Vous remarquerez que c’est aussi le geste de la «Paix».

 

Tarjānī-mudrā « Le geste de menace » :

 

Il existe plusieurs types de gestes de menace ; le plus fréquent montre un poing fermé, une main à l’horizontale avec un index tendu ; la main peut également être verticale. Une autre façon de représenter ce geste, fréquent dans les bouddhismes tantriques, japonais et tibétain, présente une main verticale, le majeur, l’annulaire et le pouce repliés et les deux autres doigts levés.

Le tarjānī-mudrā est l’un des gestes caractéristiques des divinités courroucées du bouddhisme tantrique du Tibet, du Japon et de Chine, les Vidyārāja. Il symbolise le combat contre les démons, il sert à effrayer les êtres qui persistent dans leurs fausses croyances. Les Vidyārāja sont des divinités dites farouches, aux multiples visages, bras et jambes ; ils tiennent des armes dans les mains, sont auréolés de flamme et l’un de leurs bras présente le geste de menace, souvent représenté, au Tibet, par Mārīcī. En général ces divinités sont très facilement reconnaissables à leurs yeux exorbités, leur bouche entrouverte et pleine de crocs, leurs cheveux ébouriffés ou encore par la présence de colliers de crânes autour de leur cou.  

 

Le vajrahumkāra-mudrā

Certains mudrā sont associés à des objets rituels, tel est le cas de la vajrahūṃkāra-mudrā.   

mudra-tibet
vajra-mudra

Désormais, décodez les gestes des statues divines grâce à Mes Indes Galantes !

 

Les mains sont levées et croisées, la main droite passant devant la gauche, l’index et l’auriculaire sont levés, les trois autres doigts repliés ; le pouce, le majeur et l’annulaire tiennent des objets rituels constitués d’une cloche (ghaṇṭā) dans la main gauche et d’un vajra double dans la main droite. La cloche (ou clochette) est associée au pôle féminin du monde qui est apparentée au but que les bouddhistes du Vajrayana doivent atteindre, c’est-à-dire la Sagesse, l’Eveil. Le vajra quant à lui symbolise le pôle masculin, c’est-à-dire les outils qu’un dévot va employer pour tenter d’atteindre son but, la Compassion. Cette représentation est surtout associée au Buddha primordial Vajradhara.

 

La Kesahasta-mudrā

 

Cette posture de Śākyamuni, mains au-dessus de la tête, fait référence à un épisode de sa vie. Cherchant une explication à l’origine et au mécanisme des souffrances endurées par les êtres humains, le prince Siddhartha (Sakyamuni) décide de devenir un ascète errant ; mais son père, le roi Śuddhodana, l’empêche de sortir du palais pour mener à bien ce projet. Aussi Siddhārtha s’enfuit-il du palais royal de Kapilavastu en pleine nuit, sur son cheval Khantaka, accompagné de son écuyer Chantaka. Arrivé dans la ville d’Anoumaineya, il renvoie écuyer et cheval, puis coupe ses cheveux et prend l’habit d’ascète errant. La posture des mains levées évoque l’instant où il coupe ses cheveux.

 

Retrouvez de nombreuses divinités qui effectuent ces nombreux mudra/gestes sur le site de Mes Indes Galantes  ! Si vous êtes intéressés par le yoga, retrouvez nos coussins de yoga !

Venez découvrir nos statuettes, objets rituels et bijoux

sur notre site MESINDESGALANTES.COM !

Ou venez les choisir dans notre boutique du Marais à PARIS.

MES INDES GALANTES 

99, rue de la verrerie 75004 PARIS

Métro Châtelet / Hôtel de ville

Mes Indes Galantes, le spécialiste des divinités et objets rituels à PARIS

 

Mudra des mains, gestes à décoder dès l’arrivée en Inde – Aéroport de Delhi

 

© 2020 Mes Indes Galantes Blog