Les Batak et le tunggal panaluan

Je partage:

 

Mes Indes Galantes peut s’enorgueillir de posséder une belle collection d’objets d’art, chargés de pouvoir et de symbolisme, réalisés par différents groupes ethniques d’Indonésie. Si vous êtes connaisseur, vous pourrez apprécier la large gamme d’objets que nous vous proposons, notamment le Tunggal panaluan, ou bâton de  sorcier batak, et la corne magique contenant le Pupuk : le naga morsarang. Le peuple Toba Batak du nord de Sumatra est particulièrement remarquable pour l’abondance et la variété de ses arts rituels. 

 

Dans le passé, les principales figures religieuses de la société Toba Batak étaient les Datus. Ils étaient des chamans sorciers qui servaient d’intermédiaires entre le monde humain et le monde surnaturel. Une grande partie de l’art sacré des Toba Batak était centrée sur la création et l’ornementation de l’attirail utilisé par les Datus pour les rituels de divination, les cérémonies de guérison ou la magie noire.

BATON SORCIER BATAK

Datu et sa canne magique Batak

 

Les Batak

Les Batak sont un groupe habitant au nord de l’îla de Sumatra. Ils vivent dans une vaste région autour du lac Toba.

Composé de plus de 6 millions de personnes, ce groupe se déploie en fait en 6 différents groupes : Toba, Karo, Simlungun, Pakpak, Angkola et Mandailing. Le mot “Batak” fut utilisé par souci de simplification par les Européens pour désigner en fait une réalité bien plus complexe. 

 

MAISON BATAK

 

Tous se considèrent comme issus des mêmes ancêtres. Ils partagent également des traits linguistiques et culturels communs. 

Anciennement animistes, les Batak ont, semble-t-il, durant un temps pratiqué le culte shivaïte de Bhairava. Néanmoins, avec l’arrivée des Néerlandais en Indonésie, ils devinrent à majorité protestants. Aujourd’hui, avec l’avancée de l’Islam (pour rappel près de 90% des Indonésiens sont musulmans) il est estimé qu’un tiers de la population Batak est de confession musulmane. 

A noter que la religion dominante dépend en fait du groupe dans lequel on se trouve. Ainsi, les Toba et Karo sont chrétiens quand les Mandailing sont musulmans. 

Les Batak vivent en clans qui possèdent chacun un ancêtre fondateur. Le mariage ne peut être pratiqué qu’au sein de son clan. 

 

 

Les Batak étaient auparavant un peuple de fiers guerriers et d’habiles sculpteurs de bois et de pierre. Ayant réussi à conserver leur culture et quelques croyances animistes malgré le changement de leur religion, on comprend pourquoi les objets qu’ils réalisent aujourd’hui restent empreints de cet esprit guerrier et peuplés d’animaux fantastiques, comme le singa.

Leur architecture et leur artisanat sont très raffinés et recherchés aujourd’hui, que ce soit en Asie ou en Europe.

 

Le datu, le Chaman Batak

Le datu batak est un homme très important de l’ethnie des Batak, en Indonésie. C’est à la fois un magicien, un guérisseur et un devin. C’est grâce à lui que le village peut établir des liens avec les ancêtres et le monde de l’au-delà.

 

DATU tunggal panaluan PARIS MES INDES GALANTES bâton de sorcier

Datu et son bâton rituel de sorcier tunggal panaluan

 

Pour protéger les vivants des esprits malveillants, le datu va utiliser à la fois des cérémonies magiques et l’art. Ce n’est pas lui qui, au cours des cérémonies, entre en transe. Il est accompagné par des hommes et des femmes professionnels de l’extase mais ignorant tout de la science magique du datu.

 

Le bâton de sorcier ou tunggal panaluan et la Corne magique contenant le Pupuk , le naga morsarang

Le tunggal panaluan, le bâton de sorcier, fait partie de la panoplie du datu batak lors des cérémonies. Il danse et exécute diverses actions avec ce bâton afin d’attirer la protection des dieux et des ancêtres.

La légende raconte que ces bâtons sont nés suite à la relation incestueuse d’un frère et d’une sœur. Leur relation découverte par les villageois, ils s’enfuirent dans la forêt et rencontrèrent un très bel arbre (un cassia javanica, le seul arbre duquel on peut tirer un tunggal panaluan), porteur de fruits.

Le frère voulut en cueillir pour sa sœur mais fusionna avec l’arbre, son image s’imprima alors dans le tronc. La sœur, éperdue, grimpa à son tour et connut le même sort. Voulant les aider, un datu qui passait par-là ainsi que plusieurs animaux finirent également par fusionner avec l’arbre et toutes leurs images finirent imprimées dans le bois. Les villageois, tristes du sort des deux compagnons décidèrent de couper l’arbre afin de sauvegarder leur image. Ainsi naquit le premier tunggal panaluan.

En général celui-ci présente une succession de personnages humains et animaux, en référence à la légende citée ci-dessus. Taillé dans du bois, il était auparavant complété avec des cheveux et de cerveau bouilli humain, tout cela tiré de victimes sacrificielles. Les Datus activent le pouvoir des figures en les remplissant d’une potion magique, connue sous le nom de Pupuk. Cette substance est considérée comme extrêmement puissante et ne peut être stockée que dans certains types de récipients tels que les cornes creuses de buffle d’eau appelé :

 

Le naga morsarang

Le peuple Toba croyait que les esprits des morts influençait le destin des vivants. Pour obtenir les faveurs des esprits, les Tobas effectuaient des rituels et des sacrifices élaborés avec l’aide du Datu, le Chaman sorcier qui servait d’intermédiaire entre le monde humain et le monde surnaturel.

Le Datu créait des livres de magie connus sous le nom de pustaha qui lui servaient de référence pour ses rituels magiques. Parmi le contenu de la pustaha figurent des méthodes permettant de créer différents types de potions pour la magie blanche ou la magie noire . Les Naga morsarang sont utilisés comme récipients pour ces potions.

 

Naga morsarang Corne médecine Batak – MET New York

Les cornes de médecine batak sont décorées de motifs complexes. L’extrémité pointue de la corne est souvent sculptée en forme de figure d’homme assis. L’ouverture de la corne est bouchée par un bouchon en bois. Ce bouchon en bois est généralement  en forme de singa, une figure mythologique Batak ressemblant à une Naga accompagnée de nombreuses figures humaines pouvant représenter le datu, propriétaire du naga morsarang, ou les ancêtres, anciens propriétaires de la corne magique batak.

Si vous vous intéressez à cette ethnie et à son merveilleux artisanat, n’hésitez plus et venez découvrir notre collection d’objets rituels réalisés par les Batak !

 

Bâton de sorcier batak tunggal panaluan

Tunggal panaluan ou bâton de sorcier batak et la Corne magique
contenant le Pupuk, le  naga morsarang.

 

MES INDES GALANTES, c‘est aussi une boutique de statuettes, de bijoux, de vêtements chics, et de décoration intérieure et extérieure.

MES INDES GALANTES

99, rue de la Verrerie

75004 PARIS

Le Meilleur de l’Asie à Paris

 

carte sumatra

 

© 2021 Mes Indes Galantes Blog