L’artisanat d’art en Indonésie

Je partage:

 

L’Indonésie est située au carrefour de routes maritimes, elle a donc bénéficié pendant longtemps des influences de cultures étrangères mais a aussi gardé jusqu’au XXème siècle un art premier animiste, gardé par des petites tribus d’îles périphériques. Ces mélanges de cultures et de traditions ont donné naissance à un art très hétéroclite et très particulier.

En termes d’artisanat, de nombreux artisans perpétuent un savoir-faire de qualité, reproduisant des images qui se transmettent de génération en génération. Par ailleurs, plus que dans beaucoup de pays, les artisans travaillent en plein air et permettent à tous de les rencontrer afin de partager avec eux.

Artiste de Bali, Indonésie

 

Traditionnellement le processus de création est réparti entre des tâches considérées comme masculines et des tâches considérées comme féminines. Les objets d’énergie masculine requièrent des matières dures et puissantes, difficiles à travailler, ou font appel à l’usage des arts du feu, comme le fer forgé ou la sculpture sur bois. L’énergie féminine s’exprime par le biais d’objets doux et souples dans les domaines du tissage, de la vannerie ou de la broderie de perles.

*Les marionnettes et masques : l’Indonésie est célèbre pour le théâtre d’ombres où évoluent des marionnettes plates en cuir de buffle, finement ciselées et peintes et pour leurs marionnettes en bois au visage sculpté et peint. Elles figurent dans des spectacles relatant les épopées hindoues du Ramayana et du Mahabharata.

On trouve également dans de nombreuses îles une production de masques en bois réputés pour aider à l’élévation de l’âme. A Bali par exemple, ces masques sont faits dans un bois tendre et sont richement décorés, ils sont utilisés lors de représentations théâtrales sacrées organisés dans les temples.

Un masque provenant de Java, Indonésie, site de Mes Indes Galantes / Un masque provenant de Bali, Indonésie

 

*Sculptures sur bois : prisées par les musées et les collectionneurs, les sculptures sur bois sont de véritables chefs-d’œuvre d’art premier. Chaque île perpétue sa propre tradition et actuellement la plupart produisent des « copies » de sculptures traditionnelles. A Sumatra des statues représentent les ancêtres et sont placés dans les greniers afin de protéger la maison. A Kalimatan les habitants fabriquent des grandes statues en bois qui représentent le visage stylisé d’un ancêtre en train de tirer la langue.

Statue de Bornéo, Indonésie / Statue aux ancêtres de l’île de Nias, Indonésie, site de Mes Indes Galantes

 

*Pierre et métal : des statues en pierre, représentant les dieux hindous ou le Bouddha, ont été sculptées il y a des siècles sur les îles de Sumatra et de Java, la plupart sont conservées au Musée de Jakarta. Des copies de ces chefs-d’œuvre sont produites dans les ateliers de Java et de Bali. Les artisans du village balinais de Batubulan y consacrent même tout leur temps. Ils sculptent dans du paras, une pierre volcanique tendre, des divinités hindoues et bouddhiques mais aussi des jardins imaginaires.

Temples au sein du village de Batubulan / atelier du village, illustration du Bouddha indonésien

 

En ce qui concerne les œuvres en métal, la ferronnerie est connue depuis le IIIème siècle avant J.-C. La technique de la forge et celle de la fonte à la cire perdue sont toujours utilisées aujourd’hui. L’un des objets de ferronnerie le plus important est le keris, une dague ornementale rehaussé d’or, d’argent ou de pierres précieuses, à laquelle on attribue des pouvoirs magiques.

Poignée de keris de Bornéo, Indonésie, site de Mes Indes Galantes

 

Aujourd’hui les maîtres-forgerons sont de plus en plus rares et cet art est en voie de disparition, il ne reste aujourd’hui qu’une poignée d’artisans à Java et à Bali qui maîtrisent ces techniques. Les îles de Kalimatan et de Nusa Tenggara, elles, fabriquent un couteau fonctionnel, le parang, qui est muni d’une garde sculptée en bois. Le fourreau est parfois décoré de vieilles pièces néerlandaises, de finitions en rotin et de défenses de sanglier, ils sont aujourd’hui utilisés dans des cérémonies. Les artisans battent le fer puis le courbent pour former la lame puis la trempent dans l’eau d’une rivière pour la durcir.

Parang de Bornéo, Indoénsie

 

Enfin, l’orfèvrerie indonésienne est riche d’une longue histoire. Les premiers explorateurs européens racontent dans leurs carnets qu’ils sont impressionnés par l’excellente facture des pièces de la cour. D’ailleurs les bijoux traditionnels représentent encore aujourd’hui une part importante de la dot d’une mariée, chaque île possédant son propre style. Les bijoux montrent à la fois son statut social mais aussi son lien avec ses ancêtres.

Bijoux indonésiens

 

*Vannerie et textiles : la vannerie indonésienne produit toute sorte d’objets de toutes tailles en bambou, en cocotier, en rotin… : chapeaux, paniers…Les hommes sont chargés de récolter les matériaux et les femmes tissent ou tressent, avec des gestes rapides d’une grande dextérité. Ce sont elles aussi qui confectionnent les textiles sur leurs métiers à tisser manuels. Ces étoffes ont beaucoup de charme et se vendent sur les marchés. Par ailleurs la broderie de perles est associée à la féminité et à la prospérité.

Batik et Ikat de Bali, Indonésie, site de Mes Indes Galantes

 

Venez profiter de nombreux articles indonésiens exécutés par nos artisans sur le site de Mes Indes Galantes.

 

Mince Maya

© 2021 Mes Indes Galantes Blog