Sainte Catherine Labouré et la médaille miraculeuse

Je partage:

 

Sœur Catherine Labouré, est née 2 mai 1806 à Fain-lès-Moutiers en France et décédée le 31 décembre 1876 à Paris. Membre de la congrégation des Filles de la charité, elle fit part à au père Aladèle, des apparitions de la Vierge Marie qu’elle dit avoir eues en 1830 durant son séminaire chez les Filles de la charité au sein de la Chapelle notre Dame de la médaille miraculeuse située rue du Bac à Paris.Cet événement est à l’origine de la diffusion de la « Médaille miraculeuse », qui a été alors diffusée en plusieurs millions d’exemplaires.

PROTECTION – MIRACLE – GUERISON

 

“Faites frapper une Médaille sur ce modèle. Toutes les personnes qui la porteront recevront de grandes grâces, en la portant au cou. Les grâces seront abondantes pour les personnes qui la porteront avec confiance.”

Telles sont les propos et promesses de la Vierge Marie concernant la divine médaille, rapportées à Sainte Catherine

La médaille miraculeuse est diffusée dans un premier temps à PARIS en 1832, en pleine épidémie de choléra, puis par la suite en Europe et dans le reste du monde rencontrant alors un très grand succès.

Elle est frappée à plusieurs millions d’exemplaires, c’est alors que de nombreux miracles sont rapportés et attribués à cette médaille

 

 

 

 

Chapelle notre Dame de la médaille miraculeuse située 140 rue du Bac Paris 6

Enfance de Zoé Labouré

Catherine naquit dans un petit village de Bourgogne, à Fain-les Moutiers huitième d’une famille de dix enfants. Sa mère meurt quand elle n’a que 9 ans, elle est alors recueillie par sa tante.

A 12 ans, elle assume un rôle de mère de famille, maîtresse de maison. Elle prend soin de son jeune frère infirme et veille au bien-être de son père

Son père voudrait la marier, mais elle refuse, il l’envoie à Paris, où son frère tient un restaurant populaire où elle devient servante et y découvre la misère des ouvriers, et le travail des jeunes enfants, ce qui fait naitre une vocation : elle servira les pauvres. De retour en Bourgogne, elle intègre les Sœurs de Saint Vincent de Paul, puis retourne à Paris et pour le ” séminaire ” de la Maison-Mère de la rue du Bac.

Les apparitions de la Sainte Vierge

La Vierge Immaculée de la Médaille Miraculeuse est apparue 3 fois à  Sainte Catherine , jeune “novice” des Filles de la Charité, de juillet à décembre 1830.

1er apparition : le 18 juillet 1830,  Catherine recourt à saint Vincent pour que son grand désir de voir la Sainte Vierge . A 11 heures et demie du soir, elle s’entend appeler par son nom. Un mystérieux enfant est là, au pied de son lit et l’invite à se lever : « La Sainte Vierge vous attend »

 

Catherine s’habille et suit l’enfant  dans la chapelle, et entend alors « comme le froufrou d’une robe de soie ». Puis son petit guide dit:
« Voici la Sainte Vierge » .Elle s’élance alors aux pieds de la Sainte Vierge assise dans un fauteuil et appuie les mains sur les genoux de la Mère de Dieu. La Sainte Vierge désigne de la main l’autel où repose le tabernacle et dit: « Venez au pied de cet autel. Là, les grâces seront répandues sur toutes les personnes qui les demanderont avec confiance et ferveur.»

Deuxième apparition : le 27 novembre 1830, la Sainte Vierge apparaît à nouveau à Catherine dans la chapelle pendant l’oraison des novices, elle voit alors  comme deux tableaux vivants  dans lesquels la Sainte Vierge se tient debout sur le demi-globe terrestre, ses pieds écrasant le serpent.
Dans le 1er tableau, la Vierge porte dans ses mains un petit globe doré surmonté d’ une croix qu’elle élève vers le ciel. Catherine entend:
« Cette boule représente le monde entier, la France et chaque personne en particulier »

 


Dans le 2e tableau, il sort de ses mains ouvertes, dont les doigts portent des anneaux de pierreries, des rayons d’un éclat ravissant. Catherine entend au même instant une voix qui dit : « Ces rayons sont le symbole des grâces que je répands sur les personnes qui me les demandent ».
Puis un ovale se forme autour de l’apparition et Catherine voit s’inscrire en demi-cercle cette invocation en lettres d’or: « O Marie conçue sans péché priez pour nous qui avons recours à vous ».

Alors une voix se fait entendre: « Faites, faites frapper une médaille sur ce modèle. Les personnes qui la porteront avec confiance recevront de grandes grâces ».

Enfin le tableau se retourne et Catherine voit le revers de la médaille: en haut une croix surmonte l’initiale de Marie, en bas deux cœurs, l’un couronné d’épines, l’autre transpercé d’un glaive.

Dernière apparition : au mois de décembre 1830, pendant l’oraison, Catherine entend de nouveau un froufrou, cette fois derrière l’autel. Le même tableau de la médaille se présente auprès du tabernacle, un peu en arrière. « Ces rayons sont le symbole des grâces que la Sainte Vierge obtient aux personnes qui lui demandent… Vous ne me verrez plus ». C’est la fin des apparitions.

 

Iconographie de la Médaille Miraculeuse

La Vierge debout : Marie est représentée debout, la tête légèrement penchée vers le sol avec les mains ouvertes dans la même direction pour symboliser l’ouverture et le don d’elle-même. De ses mains sortent des rayons de lumière, posés là pour rappeler les grâces apportées par la Vierge.

Le serpent : l’animal fait référence à la Genèse et symbolise la lutte entre le bien et le mal et le combat que chacun doit mener. En étant écrasé sous les pieds de Marie, celle-ci vient en aide au porteur de la médaille.
La prière sur le contour : Les mots exacts de la prière sont “Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous”. Ces mots sont employés pour obtenir une grâce de la Vierge et font référence à l’Immaculée Conception.
L’année 1830 : Il s’agit de l’année à laquelle la Vierge serait apparue à Catherine Labouré.

Au centre, la lettre « M » pour Marie. La lettre entrelace une barre transversale qui soutient le pied de la Croix11. Ce « M » entrelacé avec la croix de Jésus rappelle le lien indéfectible qui les unit7.

Les douze étoiles symbolisent les douze apôtres. Marie se trouve au cœur de l’Église.

Le cœur encerclé d’une couronne d’épines est le cœur de Jésus ou Sacré-Cœur

Le cœur transpercé par une épée est le cœur immaculé de Marie, inséparable de celui de Jésus, « comme pour représenter la douleur d’une mère voyant son enfant souffrir. ».

La barre et la Croix symbolisent l’épreuve. La célébration eucharistique, dans la vie chrétienne, actualise le sacrifice de la Crucifixion.

 

 

Savez vous que  le drapeau de l’Europe est aussi le drapeau de Notre-Dame ? En effet, Arsène Heitz, l’auteur du dessin du drapeau européen a avoué et revendiqué en  1987 son l’inspiration religieuse de son dessin « C’est à moi qu’on a demandé de dessiner le Drapeau de l’Europe. J’ai eu subitement l’idée d’y mettre les Douze étoiles de la Médaille miraculeuse de la Rue du Bac, sur fond bleu. Mon projet a été adopté à l’unanimité, le 8 décembre 1955, fête de l’Immaculée Conception. »

 

Les 12 étoiles symbolisent les 12 tribus d’Israël et les 12 apôtres.

Fin de vie de Catherine

Catherine Labouré meurt le 31 décembre 1876, tout en ayant toujours été discrète sur ses visions, bien, qu’à la fin de sa vie, son secret, jalousement gardé durant 46 ans, se soit un peu éventé.

Dans les jours qui suivent sa mort, et alors que  la foule se presse devant son cercueil, une pauvre femme amène son fils de douze ans infirme de naissance. L’enfant se lève soudain sur ses jambes ! C’est le premier miracle directement attribué à sœur Catherine.

  • En 1842, Alphonse Ratisbonne de confession juive, fils de banquier strasbourgeois , porte la médaille sur lui, lorsqu’il visite la basilique Sant’Andrea delle Fratte, à Rome. Il a une vision de la Vierge Marie et se convertit au catholicisme.
  • En 1878, une congrégation religieuse féminine, consacrée au soin des malades est fondée en Slovénie : ce sont les Sœurs de Marie de la Médaille miraculeuse.
  • En 1894, la Congrégation des rites autorise l’instauration de la fête liturgique de l’apparition de la médaille miraculeuse, célébrée le 27 novembre.

 

Venez découvrir nos statuettes de divinités et nos objets rituels himalayens sur notre site MESINDESGALANTES.COM !

Ou venez les choisir dans notre boutique du Marais à PARIS.

MES INDES GALANTES 

99, rue de la verrerie 75004 PARIS

Métro Châtelet / Hôtel de ville

 

 

Catherine Labouré est canonisée le 27 juillet 1947 par le pape Pie XII. Elle est fêtée le 28 novembre .

© 2021 Mes Indes Galantes Blog